Rechercher
  • audreyherrmann2

Madame Cosinus, une biologiste au cœur de slameuse poétique

Avant de devenir Madame Cosinus dans le domaine artistique, Julie Dirwimmer commence ses études en biologie à l’Université Louis Pasteur, en Alsace. Elle réalise rapidement au cours de son premier cycle qu’elle ne souhaite pas poursuivre dans une carrière en recherche. Julie explore alors les alentours et réalise des contrats pour les Petits Débrouillards notamment.

À la fin de sa licence, elle rentre en master de communication scientifique pour deux ans, qui se terminera en 2008. Au sein de ce master, Julie y apprend les bases de la vulgarisation, fait du théâtre, et confirme son intérêt pour les sciences et la politique.

Au cours de son master, elle assiste au Festival Scènes de Méninges, en parallèle de son stage de fin d’études, en sciences et politique.


Son directeur lui conseille alors d’aller à Paris, mais elle décide plutôt de sauter le pas et d’atterrir à Montréal, par amour du théâtre d’improvisation. Julie réalise alors un stage de quatre mois à l’Acfas (Association francophone pour le savoir) au Québec, et ne reviendra jamais en France. Elle travaille sept ans à l’Acfas dans les relations entre sciences et politiques.


Elle découvre alors la scène du slam de poésie. Selon Julie, les scènes de poésie québécoises sont très éclectiques, populaires, démocratiques et respectueuses. Elle s’y sent plus légitime, y ressent moins ce syndrome de l’imposteur qui pouvait la traverser dans le milieu du théâtre. Rapidement, ses textes s’imprègnent de sa culture scientifique.


C’est au moment des Francofolies de Montréal que Julie Dirwimmer fait la connaissance de plusieurs slameurs français. Ils la surnomment Madame Cosinus, comme un clin d’œil à la bande-dessinée de Christophe (Georges Colomb) qui met en scène le savant Cosinus.


Madame Cosinus réalise plusieurs scènes de slam de poésie, des compétitions à l’échelle nationale, en parallèle de son métier en sciences et politiques. Elle se crée ainsi un réseau culturel et monte un spectacle en arts et sciences. C’est à cette période que Julie devient maman de deux petites filles, et son congé maternité va l’inspirer pour créer un projet spectacle plus long. Elle obtient une bourse du Conseil des arts et lettres du Québec, ce qui lui apporte une crédibilité.


Le 10 Mars prochain, Madame Cosinus sera en représentation au Cœur des sciences de l’UQAM (https://coeurdessciences.uqam.ca/evenements/details/1006-la-liberte-des-particules.html) pour son spectacle « La liberté des particules », ou comment la matière interagit. À travers ce spectacle, elle remet en question le modèle standard et fait des parallèles avec la famille nucléaire. La soirée est soutenue par le Conseil des arts et des lettres du Québec et du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec. Pour cette œuvre largement autofictionnelle, Madame Cosinus s’appuie notamment sur le soutien de François-Joseph Lapointe, qui possède une chaire en recherche-création, pour mettre en lumière ce qui peut paraître parfois comme une dualité entre l’art et la science.


Lorsque j’interroge Julie sur les effets de la pandémie sur sa créativité, elle avoue que la première année a été difficile avec tout le stress engendré. Elle s’est plutôt concentrée sur la recherche artistique, a pris du recul pour finalement écrire ce spectacle en deuxième année. Ce spectacle bénéficie d’une subvention à la création, il sera ainsi filmé pour soutenir la promotion d’une tournée en 2023.


La prochaine aventure de Madame Cosinus se tournera vers le format balado, entouré d’une comédienne et d’une monteuse. Avec un esprit d’humour absurde à la François Pérusse, ce balado abordera le thème de la physique de l’infiniment petit et de l’infiniment grand.


Au cours de son entretien, Julie Dirwimmer alias Madame Cosinus m’a réellement impressionné par son courage et sa détermination. Elle n’hésite pas à aborder les défis qu’elle rencontre dans sa vie face à un public éclectique, composé autant du milieu de la science, de la poésie et du journalisme scientifique. Ses projets de slam de poésie, de spectacle ou encore de balado en inspireront plus d’un et plus d’une, j’en suis certaine. En tout cas moi, je suis déjà conquise !

Retrouvez l’actualité de Madame Cosinus sur son site internet (https://madamecosinus.com/) et sur Facebook (https://www.facebook.com/MadameCosinus). On se retrouve pour un prochain article le dimanche 13 Mars prochain et en attendant, bonne lecture !







24 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout